Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘matin’

Aurore…

La lumière s’éveille doucement. Elle s’étire le long des feuilles pâles. Elle paresse un moment sur les tiges fragiles et prend un air délicat pour sourire au matin. Le ciel est bleu et vaste, un peu impressionnant ; il diffuse lentement et boit la nuit avec tendresse. Les deux amants s’enlacent un court instant, suspendu partage de plénitude à l’aurore, puis il la mord brusquement et elle fuit au loin, abandonnant seulement une goutte de son sang pur au bord du monde, avant de sombrer dans l’infini. Précautionneusement, le ciel la recueille et l’embrasse, la transfigurant en un globe d’amour pur et doré, qu’il offre au monde avec bonheur. Ainsi naît le Soleil et sourit à la Terre.
Aussitôt la lumière s’élance et s’enroule autour de lui, avec le rire clair des oiseaux du matin. Puis, par jeu, elle s’étire et le recouvre, le cachant aux yeux de tous et rayonnant avec passion.

La jeune femme prit une grande inspiration et plongea sa tête dans l’eau glacée. Insidieusement, le froid saisit ses traits, ses désirs, son regard, et déposa sur son cœur une rosée de glace.

[écrit du 29 avril 1998 – resté en suspend – retrouvé à l’instant – la suite peut-être bientôt ?]

Publicités

Read Full Post »

Matin du monde

Le souffle blanc de l’oiseau noir passe sans bruit sur les eaux. C’est un matin de début du monde, calme et doux. Après le fracas des premiers cris, est venu le temps d’une attente sereine. Des formes se profilent ici et là, encore paresseuses, dans le sillage de l’oiseau noir. Le silence est feutré, ponctué de quelques clapotis indistincts, et la lumière d’un gris sans ombre. Tout ici berce les sens, rien ne les heurte. Sans la présence de l’oiseau noir, le monde peut-être retournerait insensiblement au néant, faute de stimulation.

Mais l’oiseau est là. D’ailleurs il n’est plus tout à fait noir, et déjà des reflets bleutés apparaissent sur ses plumes, qui de ce fait affirment leur individualité dans ce qui n’était qu’un plumage uniforme. La courbe de son bec appelle un reflet luisant, il donne un coup impatient en direction de l’horizon, et en réponse un globe encore incertain apparaît et lance quelques rayons dorés. Lumière, chaleur timide, clin d’œil de l’oiseau noir qui est le premier Corbeau : le jour est là.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :