Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Morrigane’

Morigana murmure à mon oreille :

Esprit serré dans le corps, se meut et bouge,
Plumes noires trempées dans l’encre rouge,
Souris la danseuse aux crocs acérés,
Dors et rêve la pluie de voiles en traînée,
Rubans noirs jetés sur la conscience,
Tatouages d’ombres sur le corps en transe,
Drainent les ombres, emportent et rugissent,
Hurlent à la mort, à la vie surgie qui se déplie avec délice.

Sourire féroce, regard de braise, étoiles de sang brûlant,
Soupir sur l’écorce, serpents rouges levés vers les cieux,
Se jettent aux cous des envoyés disgracieux,
Et leur tête roule, sous l’éclair de la lame d’argent.
Fête étrange des roues de blancs,
Chariots emportés par le vent.

Élan vital de la meute au désir ardent,
Nuée des oiseaux, des poissons d’argent,
Envol des fleurs aux épines de sang,
Tenus par le lien de la reine d’antan.

Charmes mortels de la chevelure de nuit,
Baisers glacés noyés dans les pleurs,
Onde de cris, chants de mort, éclairs de peur,
La Fille pâle de la Reine suavement sourit,
Déplie ses ailes au minuit,
Déploie ses voiles aux perles de suie.

Perfection du geste, grâce sinueuse,
Danse guerrière sous le regard de la gibbeuse,
Silence suspendu de la grande traversée,
Au cœur de la bataille et du sang versé.

Soumission de la cohorte aux boucliers de braise,
Esprit commun des épées hurlantes,
Ordre rigide et souplesse sifflante,
Déploiement des élites de la fournaise.

Grondement de la masse déterminée,
À l’assaut des obstacles et dévoyés,
Repli et essort depuis les ombres,
Voyez l’armée sans nombre,
Les chevaliers fidèles de la souveraine,
Les gardiens protecteurs de la Reine !

Publicités

Read Full Post »

Désir de remerciement.

Création en couple d’une offrande commune : laine et bois, tressage et peinture, pierre trouvée et encens.


Rituel domestique guidé par l’inspiration : cercle de farine ; pierre ronde, encens, couteau et coupe d’eau ; bougie centrale ; le ciel noir comme toit de notre espace sacré ouvert au vent et aux rumeurs de la nuit…


 

Tête voilée, en toute humilité, quelques mots murmurés dans l’intimité :

 

Écoute-nous Ô Morrigan, entends notre voix, accepte nos offrandes et regarde-nous.

Toi la Grande Reine, la Dame aux Corneilles, Noire Déesse au vaste regard, la Passeuse d’âmes aux pouvoirs anciens.

Toi qui a su lire dans nos cœurs, dans nos destins, et a répondu à mon appel par le biais de ta fille Valiel.

 

Sous le regard de la Lune Noire, au sein de ce cercle sacré, par le feu, l’eau, la terre et le vent, nous te remercions de ta clairvoyance, de tes conseils, de tes mots qui ont su nous ouvrir les yeux sur nos désirs profonds, nous éclairer sur le chemin du véritable épanouissement pour nous, notre couple et notre famille.

Nous te sommes profondément reconnaissants et nous te prions d’accepter ces quelques offrandes, symbole de notre créativité, joie et harmonie retrouvées, qui seront ensuite brûlées dans les flammes de notre foyer, feu de bois dansant que nous souhaitons ardemment retrouver au cœur de la maison vers laquelle tu as guidé nos pas.

Puisses-tu nous accompagner de ta bienveillance sur ces nouvelles terres…


Instants de recueillement dans le silence relatif de la ville, puis retour près du foyer, où l’offrande gaiement brûla dans les flammes…


Read Full Post »

Sous les cieux encore clairs, sous le regard d’invités respectueux,

Retrouver la colline blanche, la clairière entre les pins,

Ouvrir et purifier la porte, soulever le voile, ténu en ce jour, qui sépare les mondes

Par trois fois honorer les Ancêtres

Ancêtres familiaux, ancêtres de clan et de pagus, ancêtres de Tradition

Prendre le temps de la parole de mémoire,

Des offrandes de nourriture, de lumière, de boissons

Avec une dédicace spéciale à un frère récemment disparu

Honorer la grande Reine et le grand Père, Morrigane et Dagodeuos

Puis à la nuit tombée, dans le petit bois,

Sous la frondaison des châtaigniers, à la lumière des bougies,

Rendre hommage au Dagodeuos,

Ouvrir à nouveau la porte aux ancêtres, face au chaudron,

Faire les offrandes traditionnelles, lait fermenté, pain et sel, miel, vin,

Puis déposer une branche d’if pour chacune des trois castes,

Producteurs, protecteurs, relieurs,

Invoquer la Vieille et se dépouiller dans son chaudron de tout ce qui nous alourdit,

Détruire l’ancien par le feu purificateur,

Éteindre les feux de l’ancienne année,

Laisser s’exprimer le chaos du temps hors du temps,

Rallumer le premier feu, le feu nouveau, et à ce feu allumer les bougies nouvelles,

Se réjouir, faire des vœux,

Se recueillir sur la Terre qui débute son cycle en se reposant, se nourrissant et en rêvant,

Fermer le cercle et se perdre dans les bois

Retourner enfin au temps profane pour boire et manger, trinquer au cidre avec notre sœur absente du rituel, mère veillant sur ses petits.

Fêter Samonios en somme, et s’en retourner ensuite, après une bonne nuit de repos,

Dans son foyer, retrouver les siens l’âme apaisée et le cœur empli de résolutions.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :