Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘pleine’

Je revient – avec un peu de distance, mais la vie se déroule à une vitesse folle pour moi en ce moment – sur mon rendez-vous lunaire du 4 septembre.

J’étais seule à la maison ce soir-là, une fois le lutin confié aux bras de Morphée. Il faisait assez frais dehors, déjà bien noir, et je n’avais rien préparé. Un instant, j’ai envisagé de ne pas sortir, voire de ne rien faire, un peu lasse et tentée de rejoindre mon lit bien chaud.

Mais l’instant d’après, à peine cette pensée formulée, j’ai ressenti le besoin pressant de sortir quand même, d’honorer ce rendez-vous. L’énergie, l’envie me sont revenues d’un seul coup. J’ai décidé de faire simple, et n’ai pris que la vasque, un peu d’eau et le bougeoir lunaire avec une bougie en cire d’abeille. Au moment de sortir, j’ai croisé des yeux dans l’entrée une petite plume que mon fils avait ramené un peu plus tôt et déposé précautionneusement, et je me suis dit qu’en la prenant, je l’associerai à ma démarche et j’honorerai son respect croissant des choses vivantes et de la nature.

Le ciel était dégagé, la lune haute et bien pleine. Je suis allée m’installer à l’arrière de la maison, au calme, dans un endroit dégagé d’où je voyais bien la dame de la nuit. Là, j’ai déposé ma vasque, posé le bougeoir bien au centre, et versé l’eau lentement. Feu et eau, purification. Lumière sur le miroir liquide.

Je suis restée un instant en silence, assise sur l’herbe fraîche, et j’ai entamé la conversation, car c’est bien de cela qu’il s’est agi, avec la Lune. Je n’avais nulle prière à formuler, pas de requête, pas de poème préparé, juste le besoin de lui exprimer ma gratitude pour les dons reçus, la vie, l’épanouissement, le sentiment que tout progresse, mon désir aussi d’aimer toujours plus, de donner, de créer… Je lui ai parlé comme à une amie un peu âgée, de bon conseil, ou mieux, une grand-mère, une aïeule d’expérience, avec toute la déférence et le respect que cela suppose, mais sans chichi non plus, avec simplicité et sincérité en somme. Je l’ai ressentie comme l’œil  de la Déesse posé sur moi, et je lui ai ouvert mon cœur , lui parlant de ma vie, de mon fils, de ma petite déjà si vivante, de mes projets, mes espoirs. Je me suis sentie gonflée d’amour, réchauffée, entourée.

Puis j’ai saisi l’opportunité d’une offrande un peu particulière, un essai de formulation de la Prière des Druides en celtique ancien. Je n’avais pas encore réussi à la mémoriser, donc je l’ai lue à la lueur de la bougie, mais par rapport à mes essais précédents, les mots et la prononciation me sont venus tout seuls, naturellement, comme si j’étais enfin au bon endroit, au bon moment. Du coup, je l’ai redite une deuxième fois, juste pour le plaisir de sentir les mots rouler dans ma bouche et les partager avec la Lune bienveillante.

Enfin, est venu le moment d’un au revoir un peu ému, pour clore ce moment de partage et de calme. Moucher la bougie, vider l’eau au pied de l’arbre le plus proche, saluer la Dame avec la grâce un peu gauche des femmes enceintes, et rentrer dans la chaleur du foyer, le sourire au cœur. Tout simplement.

Publicités

Read Full Post »

Sous le regard de la blanche Dame de la nuit, je suis sortie hier soir quérir sa bénédiction, poussée par un désir de recueillement et de retrouvailles avec un temps sacré hors de la ronde du quotidien.

Une fois le lutin endormi, accompagnée avec discrétion par mon homme, je me suis rendue à la nuit tombée sous un arbre du jardin, près du petit autel de pierre construit à l’intention des petits êtres.

Face à la Lune, la bougie de cire d’abeille à l’odeur chaude de miel fut allumée, l’eau versée dans la coupe et au centre du miroir liquide disposé l’encens calé dans un nid de petits cailloux. Sur l’eau limpide fut posé délicatement le petit morceau de bois sur lequel j’avais plus tôt gravée une lune. Les quatre éléments ainsi réunis, reconnectant à l’énergie du monde, dans le silence nous attendîmes la montée de la lune au-dessus des arbres.

Puis vint le temps de la prière, aux mots façonnés dans la journée, et maintenant portés par l’intention du cœur et la vibration de la voix :

Pleine lune, ronde de sève,
Emplie d’espoir et de rêves,
Reine de la nuit qui luit sans bruit,
Je te salue bien haut en cette nuit.

Sous tes rayons doux et forts,
Sous ta lumière blanche et laiteuse,
Je me tiens debout alors que tout dort,
Femme emplie de vie et bienheureuse.

Je t’en prie humblement, veille sur les miens,
Sur mon petit à venir qui déjà se meut plein de vie,
Sur mon lutin malin tour à tour câlin et coquin,
Sur mon homme en chemin qui quête sens et envies.

Accorde-moi s’il-te-plaît ta protection,
Tout au long du chemin de la maternité,
Qui s’ouvre à nouveau devant moi.

Accorde-moi je te prie ton inspiration,
Sur le sentier de mabinog récemment entamé,
Que je parcours patiemment pas à pas.

Merci blanche Dame, Dame grande,
De ton écoute sereine, qui déjà réconforte,
Reçois de mes mains ces offrandes,
Et fais qu’ensemble nous soyons fortes.

Alors les offrandes furent offertes : lait blanc qui bientôt viendra de moi, et la prière écrite sur une feuille pareillement blanche brûlée à la flamme de la bougie pour que son énergie en se consumant monte vers les cieux et la Lune, accompagnée par l’encens.

Moment simple, recueilli, sans fioritures ni grande pompe, dans l’intimité de la nuit. Je pense que je renouvellerai ce rendez-vous à la prochaine pleine lune, et que je vais préparer quelque chose aussi pour la lune noire. Pour qu’en parallèle du rythme donné par les grands rituels saisonniers, le cycle de la lune soit l’occasion de rituels plus intimes, dans un rythme plus rapide, et dans l’optique de travailler sur le féminin et la maternité.

Read Full Post »

Pleine Lune

La Lune est pleine,

Pleine est la Lune !

La Lune est ronde,

Blonde est la brune.

La Lune est belle,

Belle est la brume.

La Lune est mère,

Mer est le ciel.

La Lune est blanche,

Blanche est la nuit.

La Lune est,

Je suis !

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :